AFP: le récit des prisonnières violées sous la dictature

En Uruguay, le récit des prisonnières

violées sous la dictature

par Leticia PINEDA

PARIS, 23 novembre 2020 (AFP)

Lorsque Ana Amoros a été faite prisonnière par les militaires au début de la dictature en Uruguay (1973-1985), ses geôliers l’ont forcée à se déshabiller, l’ont menacée avec une cravache, avant de la violer quelques jours plus tard. 

Comme Ana, Brenda Sosa, Ivonne Klingler, Luz Menendez et Anahit Ahoranian n’avaient qu’une vingtaine d’années lorsqu’elles ont été terrorisées et soumises à toutes sortes de violences sexuelles, dans des centres de torture clandestins. 

Elles font partie d’un groupe de 28 anciennes prisonnières politiques qui ont déposé plainte en 2011 devant la justice de leur pays pour torture, viol et violences sexuelles contre une centaine d’hommes, en majorité des militaires.

Face à la lenteur de la justice uruguayenne, elles ont décidé de saisir la Commission intéraméricaine des droits de l’homme qui leur accordera une audience en mars 2021.

Páginas: First |1 | 2 | 3 | ... | Next → | Last

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.